Spormed
> Nos protocoles << Retour

Nos protocoles



Protocoles de ligamentoplasties

Protocoles de Réadaptation à l'effort :
patient obèse, patient lombalgique chronique (RFR, Restauration Fonctionnelle du Rachis), patient BPCO, cardiopathe, fibromyalgique, neurologique (post AVC, sclérose en plaques)



Protocoles de ligamentoplasties


Spormed est indépendant de toute clinique. De ce fait nous travaillons en collaboration avec tous les chirurgiens orthopédiques des cliniques environnantes.

Le suivi d’une ligamentoplastie du LCA (ligament croisé antérieur) est réalisé en fonction des 3 étapes de la rééducation.

Le patient opéré revoit son chirurgien vers la 3/4ième semaine pour un suivi post- opératoire.

Généralement les patients sont revus par notre médecin rééducateur et médecin du sport à : 2 mois, 4 mois et 6 mois.

La consultation à 2 mois correspond à la fin de la première phase de rééducation. Le patient doit alors avoir un genou sec des amplitudes correctes (0/120) une récupération quadricipitale satisfaisante. L’ensemble devant permettre à ce dernier d’être autonome dans la vie quotidienne.

La consultation à 4 mois correspond à la fin de la phase de réadaptation tant professionnelle que sportive. Le genou est généralement parfait cliniquement. L’objectif de cette consultation est d’évaluer la récupération musculaire, raison pour laquelle un test isocinétique est réalisé lors de cette consultation (cf vidéo). La moyenne acceptée lors de ce test est un déficit de 40% sur le quadriceps, 20% sur les ischiojambiers.

La consultation à 6 mois correspond à la fin de la phase de réathlétisation, celle du retour sur les terrains. En fonction de la possibilité de suivre sans douleur et sans appréhension les différents exercices de cette phase et en fonction d’une normalité du second test isocinétique une discussion de reprise de la pratique sportive est engagée.


Protocoles de Réadaptation à l'effort :
 patient obèse, patient lombalgique chronique (RFR, Restauration Fonctionnelle du Rachis), patient BPCO, cardiopathe, fibromyalgique, neurologique (post AVC, sclérose en plaques)

Les protocoles de réadaptation à l'effort du patient obése :
L'intérêt de l'activité physique adaptée n'est plus à démontrer chez le patient obèse.
Ainsi nous avons créé des protocoles de réadaptation à l'effort adapté à cette pathologie sur le rythme de 3 fois par semaine pendant 8 semaines.

Critères d'inclusion, 2 critères d'inclusion sont obligatoires :
- Un suivi nutritionnel
- Un IMC supérieur à 35

Critères d'exclusion : La diversité des ergomètres et la qualité du plateau technique fait qu'il existe peu de critères d'exclusion mis à part la pathologie cardiaque aigue.

Le protocole :
Apres consultation avec le médecin de la structure et bilan d'évaluation par l'éducateur sportif, le patient est intégré dans nos protocoles. Ces derniers commencent à chaque début de mois.
La durée totale est de 8 semaines à une fréquence de 3 fois par semaine (lundi mercredi vendredi) à différents créneaux horaires. De façon optionnelle, les patients peuvent avoir accès le jeudi à une séance de réadaptation à l'effort en milieu aquatique (Balnéothérapie)
Chaque séance dure 90 minutes, encadrées par un éducateur sportif APA et un kiné.
La séance de 90 mn se répartie en :
- 60 minutes de travail aérobie sur les différents ergomètres au seuil ou en intermittent
- 30 minutes de travail musculaire des 4 membres et de gainage

Au terme de ces 8 semaines, le patient inclus dans le groupe « suivi » sur le rythme de 1 fois par semaine pendant 8 semaines. Durant cette période nous échangeons pour envisager la poursuite de l'activité physique post-protocole.

En ce qui concerne les autres pathologies, les protocoles sont réalisés sur la même fréquence (3 séances par semaine pendant 8 semaines) sauf pour les fibromyalgies du fait de leur fatigabilité (2 séances par semaine).

Les séances durent 60 minutes et sont adaptées en fonction de la pathologie. De façon succincte, les bronchopathes, cardiopathes auront un travail plus important du système cardiorespiratoire, là où les lombalgiques chroniques insisteront sur le travail de renforcement musculaire des érecteurs du rachis (gainage).